Journée des droits et libertés d’Aragon

Esta entrada también está disponible en: Aragonés Català Español Français English

UN QUART ET LA MOITIÉ D’UNE TÊTE

Juan de Lanuza a peut-être été un peu stupide en retournant à Saragosse, sachant que la police de Philippe II le recherchait, mais je pense que vous auriez fait de même.

Voyons voir, réfléchissez-y. Vous êtes à Épila, qui doit être un endroit avec des gens merveilleux et, si c’est votre ville, vous vous amuserez beaucoup lors des fêtes, mais soyons honnêtes : si vous venez d’arriver, il n’y a rien à faire là-bas. De la terre ferme à perte de vue.

C’est ce qui a dû arriver à Lanuza, il mourait d’ennui au point de se dire, tiens, je vais tenter ma chance, c’est insupportable. Le palais du comte d’Aranda, après un mois, je le connais déjà par cœur. Je n’en peux plus. Il a pris le bus d’Agreda et est allé à Saragosse. Maintenant, ça aurait été une autre histoire parce qu’il y a une piscine, un gymnase et même Radio Épila, mais au XVIe siècle, je ne pense pas que le centre sportif ait encore été construit.

Cependant, à l’époque, alors qu’il allait affronter les troupes castillanes, Épila était un luxe pour lui. Imaginez : l’armée qu’il dirigeait et celle qui venait de Castille (énervée parce qu’ils ne les ont pas laissés emmener Antonio Pérez avec eux) se rencontrent à Utebo pour se combattre. Et quand Juan arrive, c’est comme le centre de Jaca le 15 août.

Comme lorsque vous invitez un ami à une fête d’anniversaire et qu’il amène tous ses cousins. Il semblait que les Castillans l’avaient annoncé sur Instagram. Juan a commandé le retrait et est parti à Épila car, j’imagine, partager les pizzas qu’ils avaient commandées avec tant de personnes semblait impossible.

Ainsi, une fois la bataille terminée et après un mois, Juan a pris l’Ágreda et est allé à Saragosse. Les flics de l’époque l’ont arrêté et l’ont emmené à ce qui est aujourd’hui le Pasaje del Ciclón, celui qui se trouve à côté de la Plaza del Pilar, où l’on trouve des glaces, des milk-shakes, des biscuits et où l’on peut manger des tapas ou ce que l’on veut. Pendant un moment, Juan pense à la saveur du milkshake qu’il va commander, mais il se rend compte que le passage au XVIe siècle ressemble plutôt à un palais avec un donjon et le pauvre type est laissé là jusqu’à ce que les exagérés, qui n’ont pas dépassé le petit problème d’Antonio, lui coupent la tête.

Je vous dis aussi que c’est normal d’être en colère, mais qu’exposer sa tête sur la place du marché pendant deux ans est peut-être un peu trop méchant.

 width=

Juan a perdu sa tête (littéralement) pour avoir défendu les privilèges aragonais, auriez-vous fait de même ? Au fait, savez-vous si nous avons toujours les fueros en Aragon maintenant ? Jetez un coup d’œil ci-dessous pour le découvrir.

Description

Le 20 décembre 1591, le Justicia de Aragón Juan de Lanuza est exécuté sur la Plaza del Mercado de Saragosse. Cet événement est une conséquence de la répression ordonnée par le roi Philippe suite à la rébellion dans laquelle la Justicia avait affronté le monarque, l’accusant d’attaquer les chartes aragonaises.

Cet événement historique doit être compris dans un contexte très complexe. Après la disparition de la Justiciazgo au début du XVIIIe siècle, la figure de Lanuza et l’institution qu’il représentait sont restées des symboles de l’identité aragonaise. Dans les années 1980, avec l’entrée en vigueur du statut d’autonomie, la Justicia de Aragón a été récupérée comme une institution adaptée au cadre des libertés démocratiques. La Justice veille aux droits des citoyens et contrôle le respect du Statut et du système juridique aragonais.

La date du 20 décembre a une composante de souvenir du passé, mais elle nous aide aussi à comprendre la valeur de nos droits actuels et à reconnaître les nombreuses choses qui peuvent être améliorées.

Pour en savoir plus

Sur le site Internet du Justice d’Aragon (chronique des événements réalisés dans le cadre de la commémoration de 2021).

 class=

Les objectifs et le contenu de cette proposition peuvent être mis en relation avec ceux liés au 23 avril: Journée de l’Aragon. Également avec le 6 janvier (Journée consacrée au droit aragonais).

Une réflexion…

En 2022, le statut d’autonomie d’Aragon aura atteint quarante ans. Au cours de cette période, le texte original a été modifié et mis à jour, mais ni son esprit ni son objectif principal n’ont changé : fournir aux citoyens aragonais des règles de coexistence et des lignes directrices pour le progrès d’une société de plus en plus plurielle et multiculturelle dans un monde de plus en plus globalisé.

/></figure>
</div>
</div>



<p>Parmi beaucoup d’autres choses, comme le développement du droit civil aragonais, la protection des modalités linguistiques et la définition des institutions représentatives, du contrôle et du gouvernement de la communauté, le statut réglemente l’institution de la Justice d’Aragon.</p>



<h4><strong>… et un détail</strong></h4>



<p>Le <strong>Justice d’Aragon</strong> est la troisième institution, après le Gouvernement d’Aragon et les Cortes, dans le système actuel de notre communauté autonome. Il est très apprécié, car il rend visibles les problèmes quotidiens qui préoccupent la grande majorité des Aragonais (par exemple, en traitant les plaintes que tout le monde peut déposer), il exerce un contrôle sur les autorités et demande des mesures pour défendre les couches les plus vulnérables de la société.</p>



<div class=

Nombre de ses actions comptent également sur la collaboration d’autres agents sociaux, d’entités locales, de collectifs et d’organisations non gouvernementales, etc.

Leurs rapports annuels, qu’ils soient généraux ou sur des questions spécifiques (qui prennent parfois la forme d’apparitions au Parlement aragonais), donnent une idée très approximative de la réalité sociale de notre communauté.

/></figure>
</div>
</div>



<h4>Suggestions pour les ensegnants</h4>



<p>Certaines des propositions présentées ici pourraient être compatibles dans le cadre de la campagne éducative (<a href=conférences didactiques dans les établissements d’enseignement secondaire) que le gouvernement d’Aragon a entreprise en 2022 autour du Statut d’Autonomie à l’occasion de son 40e anniversaire.

Au fil de cela, par exemple, on peut analyser l’évolution d’Aragon au cours de ces quatre décennies, à partir des données servies dans un cahier statistique avec des indicateurs comparatifs très simples et révélateurs.

Les détails et les tâches de l’institution du Justice d’Aragón peuvent être explorés sur son propre site web. A partir de là, les fonctions attribuées à cette institution peuvent être discutées en classe. Une visite éventuelle de son siège à Saragosse, dans le palais d’Armijo, peut également être envisagée.

De manière plus contextualisée (origine et évolution de l’institution d’El Justicia, légendes associées, signification historique, etc.), il est très utile de consulter l’exposition « El Justicia de Aragón, 1265-2015 », conçue par Rolde de Estudios Aragoneses pour la mairie d’Ejea de los Caballeros à l’occasion du 750e anniversaire de l’institution :

Voir aussi l’article Le Justice, bien plus qu’un mythe.

Objectifs que cette proposition contribue à atteindre

ESO:
  • Assumer de manière responsable leurs devoirs, connaître et exercer leurs droits dans le respect d’autrui, pratiquer la tolérance, la coopération et la solidarité entre les individus et les groupes, s’exercer au dialogue, renforcer les droits de l’homme et l’égalité de traitement et de chances entre les femmes et les hommes, en tant que valeurs communes d’une société plurielle, et se préparer à l’exercice de la citoyenneté démocratique.
  • Connaître, valoriser et respecter les aspects fondamentaux de la culture et de l’histoire de soi et des autres, ainsi que le patrimoine artistique et culturel.
Baccalauréat:
  • Exercer une citoyenneté démocratique, dans une perspective globale, et acquérir une conscience civique responsable, inspirée par les valeurs de la Constitution espagnole, ainsi que par les droits de l’homme, qui favorise la coresponsabilité dans la construction d’une société juste et équitable.
  • Consolider la maturité personnelle et sociale qui leur permet d’agir de manière responsable et autonome et de développer leur esprit critique. Prévoir et résoudre pacifiquement les conflits personnels, familiaux et sociaux.

Sujet avec lesquels elle peut être liée

  • Géographie et histoire / Valeurs éthiques (ESO, 1er et 2ème cycles)
  • Éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme (ESO, deuxième cycle)
  • Baccalauréat: À attribuer en fonction de la modalité / Histoire et Culture d’Aragon

Développement des compétences

  • Compétences sociales et civiques
  • Conscience et expressions culturelles