Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Esta entrada también está disponible en: Aragonés Català Español Français English

BÉNI CHOUX-FLEURS

Ma mère me met des nerfs avec le temita de la nourriture. Est-ce que cela vous arrive aussi ? Commencez : « Vous n’avez rien mangé. » Si un jour j »ai beaucoup faim et comme plus que la normale, il dit: « Ce ne sera pas beaucoup? » Ma mère. Quel lourd. Il n »est jamais satisfait. Il se fixe autant sur ce que je voudrais parfois vous apprendre à jouer à la Play pour qu »il s »écarte et me laisse en paix. Ensuite, je pense que je viendrais tout le temps avec une question de la façon dont cela est fait ou l »autre et je me rends compte qu »il n »est pas non plus bonne a.Ensuite, il faut insister sur le fait
que je dois manger ce que je n »aime pas. Ne me mole pas le chou-fleur. Il est déjà. Il me semble scandaleux. La couleur est laid, elle sait mal, elle ne sent pas bien, sérieusement, l »humanité est-elle sûre que la nature a créé le chou-fleur pour que nous la mangions? Cela a-t-il été vérifié par
quelqu »un ?J »allais hier au parc, en pensant à qui ils auraient commandé de vérifier si le chou-fleur était vraiment fait pour la manger ou non, quand j »ai vu un camarade de classe dans un bâtiment où je n »avais jamais été fixé. J »étais en train de faire la queue et je me suis approché de lui saluer. Il m »a beaucoup étonné parce qu »il m »a donné l »impression que je croyais que je n »avais pas vu. Il a mis tout rouge et est entré dans le bâtiment à proximité. En
arrivant au parc, où il était resté avec d »autres amis, je leur ai demandé ce qu »était cela. Ils m’ont dit. Et j »ai compris que mon ami était allé là-bas avec sa famille pour la nourriture et je n »avais pas aimé que je le voyais. Il
me arrive que, si vous voulez, je pourrais lui donner le chou-fleur qui me touche, non? Nous pourrions certainement vous donner plus de choses. Je ne vais pas beaucoup de tomate, cela aussi nous pourrions le donner. Eh bien,
je pense que nous pouvons tout partager. Tout aliment, ce qui lui plaît le plus. Remarquez que si nécessaire, je partage jusqu »aux frites et, bien sûr, je vous laisse mon Play et mes livres quand vous le souhaitez. En fin de compte, il m »aide toujours avec des choses de mats. Savez-vous
quoi? Tout à coup, je suis très chanceux d »avoir Play avec lequel jouer, livres, frites et même choux-fleurs et j »aimerais savoir ce que je peux faire avec les choses que je peux partager avec d »autres qui appartiennent à une famille qui a moins d »argent que la mienne.

 width=

Je vais continuer à lire pour savoir si en Aragon il y a plus de gens comme mon ami et ce que je peux faire pour leur donner une main.

Description

Le 17 octobre 1987, plus de cent mille personnes se sont rassemblées sur la place des libertés et des droits de l »homme dans le Trocadéro (Paris) en hommage aux victimes de la faim, de l »ignorance et de la violence, sous un message très clair : l »existence de pauvreté porte atteinte aux droits de l »homme.

De cette rencontre, il y a eu une plaque commémorative de l »engagement dans la lutte contre la pauvreté, dont on a fait des répliques dans de nombreuses parties du monde, et autour de celles qui, depuis lors et à cette date, se réunissent des personnes de toutes conditions et de toutes croyances.

/></figure>
</div>
</div>



<p>L »une de ces plaques est dans le jardin du siège de l »ONU à New York. Dans sa résolution 47/196, l »Assemblée générale a invité les États membres et d »autres organisations à s »employer, le 17 octobre, à promouvoir des activités concrètes qui rendent visible la réalité de la pauvreté et la lutte contre celle-ci.</p>



<h5>En savoir plus</h5>



<p>Sur le site Web des Nations <a href=Unies, Journée internationale pour l »élimination de la pauvreté, 17 octobre.

 class=

Rapports Oxfam sur la pauvreté.

Les valeurs dégagées dans cette proposition sont applicables au rappel soulevé dans d »autres rappels, tels que: Journée mondiale de la faim (28 mai), Journée mondiale de l »alimentation (16 octobre). Il est également lié à la Journée internationale des migrants (18 décembre).

En Aragon…

Nous parlons des pays riches et pauvres, du Premier et du Tiers monde, des pays développés et sous-développés (qui, comme euphémisme, sont parfois appelés «pays en développement»). La pauvreté dans un phénomène mondial : parmi les 17 objectifs de développement durable du Programme 2030 des Nations Unies, l’objectif 1 est « Fin de la pauvreté » (l’objectif 2 est « Faim zéro »).

Ces images de grandes villes africaines ou latino-américaines avec d’énormes banlieues de bidonvilles et méconnues, avec la cruelle réalité qu’elles reflètent, ne doivent pas nous faire oublier que « chez nous » il y a aussi beaucoup de pauvreté.

La pauvreté est quotidienne, douloureusement présente dans notre environnement, bien que nous soyons théoriquement partie de ce premier monde privilégié. Ces dernières années, il a été aggravé par la pandémie due à la Covid-19 et à la guerre en Ukraine. Les conséquences économiques de ces événements sont évidentes, et les groupes les plus vulnérables de la société, les personnes à charge, les travailleurs ayant des emplois plus précaires ou les secteurs les plus touchés par la crise, etc., risquent de tomber sous le seuil de la pauvreté.

 class=
Les rapports de Caritas Aragon nous rapprochent de cette réalité sur notre territoire.

Il est intéressant de connaître des initiatives qui suscitent une prise de conscience et une volonté de contribuer à résoudre le problème. Par exemple, la Fondation Banque des Aliments de Saragosse. Ces initiatives et d »autres, entreprises d »urgence, doivent être complémentaires d »autres actions plus structurelles menées par les pouvoirs publics, les partenaires sociaux, etc.

Quelques réflexions

La pauvreté est un phénomène très nuancé.

Au niveau mondial comme au niveau local, la pauvreté est la fille de l »inégalité et de la répartition injuste des biens. Dans un monde comme le nôtre, avec un niveau très élevé de développement économique et technologique, avec des ressources abondantes… il est inacceptable que des millions de personnes vivent sans ce qui est nécessaire pour vivre dans la dignité.

La pauvreté n »est pas un problème de manque de revenus. Les personnes vivant dans la pauvreté connaissent des conditions qui sont interdépendantes, se renforcent mutuellement et perpétuent leur situation désavantageuse : mauvaises conditions de travail / logement incertain et inefficace / manque alimentaire / accès insuffisant à l »éducation, à la santé et à la justice…

/></figure>



<p>Visitez le site Web des Nations Unies sur le Programme de développement durable à l »horizon 2030. <a href= Parmi les 17 objectifs de développement durable, l’objectif 1 est « Fin de la pauvreté » (mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes dans le monde entier). L’objectif 2 est « Faim Zéro ».

Un détail

Certains affirment que celui qui est pauvre est parce qu’il ne s’est pas efforcé d’arrêter de l’être (d’étudier plus, de rechercher des opportunités, d’entreprendre, etc.). ). L’effort personnel est vendu (généralement par les vainqueurs) comme un chemin infaillible vers le succès, oubliant que « être compétitif » implique de laisser sur la voie d’autres qui peuvent aussi s’efforcer.

Il est bon de valoriser et de renforcer le travail, l »effort et la volonté, mais de ne pas tout faire dans les merveilles de la méritocratie. Il peut être intéressant de lire cet article sur « le mythe de l’effort et les pièges de la pauvreté ».

/></figure>
</div>
</div>



<p>C »est précisément ce qui nous a enseigné (et continue à nous enseigner) la réalité de ces derniers temps, c »est que l »insécurité est à la traîne : qu »une position solide assise sur de nombreuses années d »effort et de travail peut se réduire. Que la pauvreté est chose de tous, que la pauvreté n »est pas seulement mendicité, qu »il y a des travailleurs pauvres, qu »il y a pauvreté énergétique, qu »il y a pauvreté invisible. La réalité actuelle nous dit que, dans l »ensemble et face à la hausse des prix, nous sommes le plus pauvres parce que nous avons moins de pouvoir d »achat qu »il y a un an. Sans que cela n »entame des réalités beaucoup plus cruelles… il devrait nous faire réfléchir.</p>



<h4>Propositions pour l »enseignant</h4>



<div class=

Bien qu »elle ait été tournée il y a plus de soixante ans, le film Placid de Luis García Berlanga (1961) nous évoque des sujets d »actualité.

Si le visionnage complet est peu viable, voici deux fragments :

Il serait intéressant d »avoir un bref échange de vues sur ce qui se passe dans ces fragments.

En outre, les informations fournies dans ce chapitre peuvent donner lieu:

  • Simples travaux liés aux conclusions de rapports (comme celui de Caritas Aragon) ou au traitement de la lutte contre la pauvreté sur le web du Programme 2030 des Nations Unies.
  • Débat sur des articles tels que: « Le mythe de l’effort et les pièges de la pauvreté » Il est certain, et légitime qu’il en soit ainsi, qu’il peut y avoir des opinions divergentes sur certaines des idées qu’il transporte. Sans négliger les sujets susceptibles de susciter des controverses… il y a une multitude de rapports et d »articles qu »il est impossible de détailler ici sur les inégalités croissantes (« les riches de plus en plus riches… les pauvres de plus en plus pauvres », avec des pourcentages du type « 1% plus riche possède d »autant plus que 50% plus pauvre »), des nouvelles sur des jetons millionnaires de footballeurs, etc.
  • Proposer la recherche d’informations et de documentation sur des idées et des concepts tels que «l’État de bien-être», «le revenu minimum vital», «la pauvreté énergétique», «les files d’attente de la faim» et autres.

La réalité de chaque classe, l »environnement socio-économique dans lequel chaque centre est inséré… ont beaucoup de poids pour décider des activités. Sans douter du bon sens de chaque enseignant, il est recommandé de montrer empathie et délicatesse face à des situations de précarité que les élèves eux-mêmes peuvent vivre chez eux.Un sujet aussi délicat que celui-ci, dans la mesure où il est si présent dans notre environnement, exige que nous nous éloignons de visions apocalyptiques (« vers où va ce monde ») comme banalisatrices (observer la pauvreté comme quelque chose qui, en général, ne nous touche pas du tout, parce que dans la plupart des cas, nous avons nos besoins couverts) et inciter à ce qu »une partie importante de la solution au problème de la pauvreté réside dans les services publics (entre autres).

Objectifs à atteindre

ESO:
  • Assumer de manière responsable leurs devoirs, connaître et exercer leurs droits dans le respect des autres, pratiquer la tolérance, la coopération et la solidarité entre les individus et les groupes, s »engager dans le dialogue, en renforçant les droits de l »homme et l »égalité de traitement et de chances entre les femmes et les hommes, en tant que valeurs communes d »une société pluraliste, et se préparer à l »exercice de la citoyenneté démocratique.
  • Évaluer et respecter les différences entre les sexes et l »égalité des droits et des chances entre eux. Rejeter la discrimination fondée sur le sexe ou toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale. Rejeter les stéréotypes discriminatoires entre les hommes et les femmes, ainsi que toute manifestation de violence à l »égard des femmes.
Baccalauréat:
  • Exercer la citoyenneté démocratique dans une perspective globale et acquérir une conscience civique responsable, inspirée des valeurs de la Constitution espagnole ainsi que des droits de l »homme, qui encourage la coresponsabilité dans la construction d »une société juste et équitable.
  • Consolider une maturité personnelle et sociale qui leur permette d »agir de manière responsable et autonome et de développer leur esprit critique. Prévoir et régler pacifiquement les conflits personnels, familiaux et sociaux.
  • Promouvoir l »égalité effective des droits et des chances entre les hommes et les femmes, analyser et évaluer de façon critique les inégalités et les discriminations existantes, en particulier la violence à l »égard des femmes, et promouvoir l »égalité réelle et la non-discrimination des personnes, quelle que soit leur situation personnelle ou sociale, en accordant une attention particulière aux personnes handicapées.

Matières pouvant être liées

  • Géographie et histoire / Valeurs éthiques (ESO, 1er et 2ème cycles)
  • Éducation à la citoyenneté et aux droits de l »homme / Économie (ESO, 2e cycle)
  • Baccalauréat: À attribuer en fonction de la modalité

Développement des compétences

  • Compétences sociales et civiques